Le poisson et les diètes populaires : y voir plus clair !

partager avec vos amis

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Les diètes populaires et les régimes minceur sont toujours aussi répandus en 2018, et un grand nombre d’entre eux vantent les bienfaits du poisson en encourageant sa consommation, parfois de manière abondante. 

Nous savons tous que le poisson possède de nombreuses vertus, mais comment peut-on être certains de faire un choix santé en optant pour un régime alimentaire? Pour mieux vous éclairer, quatre diètes ont capté notre attention : les diètes pesco-végétarienne, cétogène, méditerranéenne et paléolithique.

caroline-attwood-576169-unsplash.jpg (PESCO VÉGÉ)
Source: Caroline Attwood, unsplash

Qu’est-ce que le pesco-végétarisme?

Avec les multiples variantes des régimes populaires, nous avons tendance à croire que les végétariens incluent dans leur alimentation des produits de la mer. En réalité, les poissons et fruits de mer étant des animaux, ceux-ci sont bannis du régime végétarien et des principes qui l’entourent. Heureusement pour certains, une variante intéressante de celui-ci, le pesco-végétarisme, permet d’ajouter les produits de la mer à notre alimentation tout en profitant des bienfaits d’une consommation de viande réduite. On mange alors beaucoup de produits végétaux et des produits de la mer tout en évitant le porc, le bœuf et la volaille.

Pourquoi devenir pesco-végétarien?

En ce qui concerne la santé, on apprécie généralement ce régime comme alternative au végétarisme qui suscite parfois des craintes quant aux risques de carences. Comme il est plus souple que le végétarisme, on l’utilise parfois comme moyen transitoire d’un régime à l’autre. On le recommande aussi pour réduire les risques de problèmes cardiovasculaires reliés à la consommation de viande rouge (graisses saturées).

En plus d’améliorer la santé, cette pratique aurait pour effet de limiter les impacts des polluants émis par l’industrie du bétail.

Qu’en est-il de la surpêche si je suis pesco-végétarien?

Au Québec et ailleurs en Amérique du Nord, nous avons accès à une grande diversité de produits issus de la pêche responsable. C’est pourquoi, en suivant les conseils de son poissonnier, un pesco-végétarien peut veiller à manger plus vert tout en luttant contre la surpêche.

jonathan-farber-654517-unsplash.jpg (CÉTOGÈNE)
Source: Jonathan Farber, unsplash

Qu’est-ce que la diète cétogène?

La diète cétogène a connu une hausse de popularité ces derniers temps, mais elle existe depuis les années 1920. C’est forcément le régime le plus « scientifique » de ceux dont on parle dans cet article, alors qu’il a été créé pour traiter les
enfants souffrant de crises d’épilepsie. Sa version moderne, cependant, a pour but la perte de poids.

La diète cétogène fait-elle vraiment maigrir?

Grosso modo, la diète cétogène mise sur un apport en calories provenant principalement du gras, et laisse de côté tous les aliments contenant des glucides. Pour cette raison, ses adeptes se tournent souvent vers le poisson, reconnu pour ses gras oméga-3. À court terme, en coupant les glucides, l’organisme entre en hypoglycémie, et notre corps puise dans ses réserves de sucre. En brûlant ces réserves, on perd beaucoup d’eau, et c’est ce qui explique une perte de poids « miracle » dans les premiers jours. Il faut donc faire attention, puisque ceci n’a rien à voir avec le fait de maigrir : le poids de cette eau sera de retour dès que l’on se remettra à manger des glucides.

La diète cétogène est-elle bonne pour la santé?

Les experts conseillent de ne pas suivre ce régime plus de 6 mois, puisqu’il s’agit d’une diète très restrictive. Les fruits et produits céréaliers sont pratiquement interdits, ce qui peut rapidement mener à des carences, notamment en fibres ou en certaines vitamines. La clé demeure une alimentation équilibrée, et rien ne vaut la  dégustation de son poisson accompagné de salades et d’à-côtés variés.

edgar-castrejon-459822-unsplash
Source: Edgar Castrejon, unsplash

Qu’est-ce qu’on mange avec la diète méditerranéenne?

La diète méditerranéenne s’inspire de l’alimentation en Grèce, en Italie et en Espagne au milieu du 20e siècle. Elle encourage la consommation de beaucoup de fruits et légumes, avec comme principale source de protéines les produits de la mer.

Le but premier de cette diète n’est pas la perte de poids, mais bien la prévention des maladies cardiovasculaires. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe quelques études qui appuient les fondements de ce régime, notamment en raison de l’huile d’olive qui est très présente dans l’alimentation qu’il propose. Combinée aux produits de la mer, on obtient une alimentation riche en oméga-3 et en protéines, en évitant les gras saturés que l’on associe généralement au cancer.

Saviez-vous que ?
L’industrialisation de la nourriture est fréquemment pointée du doigt par les nutritionnistes comme étant l’un des facteurs principaux des problèmes de santé auxquels on fait face aujourd’hui. Ainsi, plusieurs diètes, comme la diète méditerranéenne ou la diète paléolithique, proscrivent la consommation d’aliments transformés, ce qui est généralement conseillé par les professionnels.

max-delsid-479103-unsplash.jpg (PALÉOLITHIQUE)
Source: Max Delsid, unsplash

Qu’est-ce que la diète paléolithique?

Il s’agit d’un « fad diet », une expression signifiant un régime populaire qui promet une perte de poids et des résultats à court terme sans être réellement appuyé par la science. Cette diète tente de reproduire l’alimentation des chasseurs-cueilleurs du paléolithique, une période ayant débuté il y a 3,3 millions d’années. Sa prémisse est l’évitement de l’alimentation industrielle et le retour aux sources, à une alimentation qui serait idéale pour l’être humain.

Qu’est-ce qu’on mange avec la diète paléolithique?

La moitié de l’apport calorique vient de la viande et des produits de la mer. On promeut également l’addition de fruits, légumes, graines et noix afin d’imiter ce que les peuples du paléolithique parvenaient à cueillir avant l’apparition de l’agriculture. La diète conseille également d’éviter les produits céréaliers et les féculents.

En évitant ces derniers, notre corps consomme peu de glucides et les gens sont souvent charmés par la perte de poids suivant l’adoption de l’alimentation paléo. Néanmoins, suivre ce régime de manière trop sévère risque de mener à des carences. La consommation de beaucoup de viande et de trop peu de végétaux ou de céréales empêche l’organisme d’absorber suffisamment les vitamines et minéraux essentiels à la santé.

REMERCIEMENTS

Nous remercions notre collaborateur Jean-Christophe Sicotte-Brisson, étudiant en biologie à l’Université du Québec à Montréal, pour la rédaction de cet article.

partager avec vos amis

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Vous aimerez peut-être aussi...

  • DÉCOUVERTES   

Bien comprendre la pêche durable

Qu'est-ce que la pêche durable ? La pêche durable emploie des méthodes de capture qui ne compromettent pas la disponibilité des stocks à long terme, pour permettre aux générations futures de s'approvisionner aussi facilement en produits de la mer.